Naissance du projet WFS

WFS Project naît d’abord d’une nouvelle embouchure adoptée il y a deux mois (Février 2016) pour corriger un problème de justesse (un véritable fardeau). Cette embouchure m’a poussé à porter un regard curieux sur son fonctionnement et ce qu’elle m’apporte. Le projet démarrait lorsque j’ai enregistré quelques notes tenues sur le logiciel « Audacity » et que j’ai découvert les spectrogrammes.

Je pratique en amateur et depuis 14 ans maintenant la flûte traversière en bois aussi communément appelée « Wooden flute » ou flûte traversière irlandaise (CF biographie).

Les spectrogrammes affichés sur mon écran m’ont amené très vite à considérer et surtout reconsidérer des fondamentaux de la pratique de la flûte tout en m’ouvrant de nouvelles perspectives d’évolution pour mon « jeu » et ma passion !

Une parenthèse : je n’ai jamais étudié le « son » au sens de la Physique ni même la Théorie de la Musique, j’ai toujours appris d’oreille pour le plaisir de reproduire ce que j’entendais. Malgré ces connaissances manquantes, il faut préciser que les spectrogrammes sont des représentations du son très faciles à obtenir sur de nombreux logiciels audio gratuits.

J’ai donc eu envie de mettre à plat cette étude et de la partager avec les intéressés sur mon modeste petit blog qui a bien besoin d’animation :).

Ce jour j’ai donc baptisé mon projet « WFS Project » pour Wooden Flute Sound Project le 9 Avril 2016.

La plupart des articles que je vais rédiger seront dans un premier temps des prises de notes plus ou moins brouillonnes (vous m’excuserez…) et que j’étofferai au fur et à mesure de mes découvertes.

« WFS Project », plan de route

Je n’ai pas vraiment de plan de route, j’avance au gré de mes découvertes et informations glanées ici et là. Le plan est donc amené à être révisé.

1 – Harmoniques partielles de la Wooden Flute

C’est donc le premier et prochain article à paraître sur le projet.
En analysant les spectrogrammes j’ai découvert les harmoniques partielles de la flûte.
Dans cet article je démontre notamment que l’on peut enrichir une note de nouvelles harmoniques partielles sans avoir à souffler plus fort dans l’embouchure.

Lire – Harmoniques partielles

2 – Embouchures, sphère buccale et harmoniques

Ou comment développer plus ou moins d’harmoniques avec les embouchures comme point de départ

3 – Pharynx et Larynx – duo de choc

J’en suis rendu là ! Je déterminer actuellement leur périmètre d’intervention.

 

Biographie Guillaume Le Bigot

Né à St Brieuc en 1983 de parents fréhelois à la fois danseurs et musiciens, Guillaume a été bercé par la musique irlandaise et bretonne, des Chieftains à Bothy Band en passant par Kornog et Galorn, mais aussi par des enregistrements bien moins connus…
Suite à un concert du Duo Jean-Michel Veillon (son oncle flûtiste !) & Yvon Riou (guitariste) à St Malo, il se procure une flûte traversière en bois (G. Léhart) pour ses 18 ans et s’y consacre avec ardeur, commençant par ré-écouter plus attentivement les nombreux cds de flûte déjà présents à son domicile.

Son apprentissage est autodidacte mais l’aide (souvent à distance !) de J-M Veillon lui est utile. Il effectue deux stages (Ti Kendalc’h en 2003 puis le mythique stage Mod All de la Chapelle Neuve en 2004) et rejoint « Torkad », un groupe de musique Bretonne qui recherchait un flûtiste, ils éditeront ensemble un album « Ar Sorserez » auto-produit en 2006. Il quitta le groupe pour se consacrer à son métier d’informaticien mais la flûte n’était jamais loin. Aujourd’hui il intègre la brave association « Atelier de musique irlandaise O’Guérets » qui sévit non loin de Saint-Malo.

Extrait du morceau qui donna nom à l’album « Ar Sorserez »

Extrait de la Scottish « Ok Gwirliskin »

Wooden Flute Sound Project – origine du projet et plan

Partagez cet articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInDigg thisShare on TumblrShare on RedditEmail this to someone